AccueilArt contemporain

La statue d’esclavagiste déboulonnée à Bristol au cœur d’une expo sur Black Lives Matter

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

© AFP Photo/Bristol City Council

"La statue de Colston : et après ?" est une "exposition temporaire qui vise à lancer une conversation sur notre histoire".

La statue de l’esclavagiste britannique Edward Colston, jetée à l’eau en juin 2020 lors du mouvement Black Lives Matter, va être au centre d’une exposition temporaire consacrée à son avenir et à la naissance du mouvement au Royaume-Uni, a annoncé la mairie de Bristol.

"La statue de Colston : et après ?" est une "exposition temporaire qui vise à lancer une conversation sur notre histoire", a expliqué dans un communiqué le maire travailliste de Bristol, Marvin Rees. Le 7 juin 2020, cette statue qui faisait controverse depuis des années avait été déboulonnée puis jetée dans les eaux de l’Avon, fleuve qui traverse la ville, lors de manifestations du mouvement Black Lives Matter, dans le sillage du décès de George Floyd, un Américain noir tué par un policier.

Presque un an après jour pour jour, le musée d’art contemporain M Shed exposera la sculpture repêchée, dont les graffitis qui l’ornent désormais ont été stabilisés par les équipes de conservation du musée. À ses côtés seront présentées une chronologie des événements clés ainsi que des pancartes issues de manifestations BLM.

Cette exposition gratuite, qui a ouvert depuis le 4 juin 2021, sera surtout l’occasion de recueillir l’avis des habitant·e·s sur l’avenir de la statue, via une enquête rédigée par la commission d’histoire We are Bristol.

"L’avenir de la statue doit être décidé par les habitants de Bristol et j’invite donc tout le monde à saisir l’occasion pour partager son point de vue et éclairer les futures décisions", a indiqué Marvin Rees. "Le 7 juin 2020 est sans aucun doute un jour important dans l’histoire de Bristol", a-t-il ajouté, vantant "l’impact profond" qu’a eu ce geste de contestation "non seulement dans notre ville, mais aussi dans tout le pays".

Dans le sillage du mouvement Black Lives Matter, contestations, questionnement et introspection ont en effet essaimé au Royaume-Uni autour du passé colonial du pays et de sa représentation. Quatre personnes poursuivies pour le déboulonnage de la statue ont plaidé non coupables de dégradations en janvier 2021, et seront jugées dans le courant de l’année.

Edward Colston s’était enrichi dans le commerce des esclaves. Il aurait vendu 100 000 esclaves d’Afrique de l’Ouest dans les Caraïbes et aux Amériques entre 1672 et 1689, avant d’utiliser sa fortune pour financer le développement de Bristol, ce qui lui a longtemps valu une réputation de philanthrope.

Avec AFP.

À voir aussi sur arts :