AccueilArt contemporain

Pigcasso, la truie qui peint et qui secoue le monde de l’art

Publié le

par Anna Finot

© Pigcasso

"Moins de viande. Plus d’art", prône sa propriétaire.

Alors qu’un poulpe avait déjà montré ses talents de peintre à huit bras en Floride, un autre animal est devenu la nouvelle coqueluche du monde de l’art : Pigcasso. Et comme son nom l’indique, ce nouveau génie n’est autre qu’un porcelet réalisant de nombreuses toiles abstraites et colorées, son pinceau coincé entre les dents.

Ce n’est pas pour rien qu’on dit que les cochons sont les animaux les plus intelligents de la ferme : ils seraient agiles, rusés… et dotés d’une fibre artistique, si on en croit le compte Instagram de la peintresse Pigcasso. Une des toiles de Pigcasso aurait d’ailleurs été vendue 24 500 dollars à un acheteur allemand en à peine 72 heures. Intitulée Wild and Free, l’œuvre parsemée de bleu, vert et blanc aurait pris plusieurs semaines avant d’être achevée.

Désormais, le succès de la truie âgée de 6 ans vaut de l’or puisque son coup de pinceau vient de battre le record de l’œuvre d’art réalisée par un animal la plus chère au monde, juste devant les travaux de l’artiste-chimpanzé Congo, peints en 2015 et vendus 16 652 euros.

Depuis 2016, la peintresse-truie d’Afrique du Sud a produit des centaines de toiles, sous le toit d’un refuge pour animaux situé dans le Cap-Occidental. Tenue par Joanne Lefson, la ferme a recueilli l’animal seulement un mois après sa naissance dans une exploitation porcine de la région.

Sauvé, il a ensuite rapidement attiré l’attention de sa propriétaire, elle aussi artiste. Persuadée que les animaux sont tout aussi créatifs que nous, Joanne Lefson a encouragé sa jeune truie à développer son talent. En réponse à ses détracteur·rice·s qui l’accusent d’exploitation, elle se défend en rappelant que tous les bénéfices de ses ventes d’œuvres d’art servent au bon fonctionnement du refuge et couvrent les soins d’animaux malades.

Joanne Lefson et Pigcasso ne comptent pas en rester là et le duo ambitionne de conquérir le marché mondial à travers leur nouveau chef-d’œuvre, Jackson Pollocskon, peint en 2020 et prochainement exposé à Taïwan. Affaire à suivre.

À voir aussi sur arts :