AccueilArt contemporain

Pourquoi les œuvres de Jeff Koons reflètent si bien les Gémeaux

Publié le

par Donnia Ghezlane-Lala

Des œuvres qui font parler d’elles, créées par un artiste appréciant les mondanités : quoi de mieux pour représenter les Gémeaux que les œuvres exubérantes de Jeff Koons ?

Pourquoi les œuvres de Jeff Koons reflètent si bien les Gémeaux

© Patrick Baz/Qatar Museums

Chaque mois, notre rubrique "Artstrology" vous fait (re)découvrir des œuvres et artistes à la lumière d’un signe astrologique. Ce mois-ci, c’est au tour des Gémeaux de passer sous notre loupe.

Un signe d’air

Gouvernés par Mercure, la planète de l’intellect et de la communication, les Gémeaux sont un signe d’air, comme le Verseau et la Balance, ce qui veut dire que ce sont des êtres profondément sociaux. Insouciants et légers, les Gémeaux sont "tellement mobiles", qu’ils sont "partout où l’on ne [les] attend pas", écrit le site Astrothème.

Une œuvre de Jeff Koons cristallise bien cette assertion : celle qu’il a réalisée en hommage aux victimes des attentats de Paris. Pourquoi l’artiste états-unien s’est-il emparé de cet hommage ? Pourquoi ne pas avoir plutôt choisi un·e artiste français·e, plus sérieux·se, moins vénal·e, et dont la réputation n’occuperait pas tout l’espace du débat public ? Et pourquoi diable avoir représenté un immense fucking bouquet de tulipes en ballons de baudruche ?

Le Bouquet de tulipes de Jeff Koons, réalisé en hommage aux victimes des attentats de Paris. Pas merci. (© Stephane Cardinale – Corbis/Corbis via Getty Images)

Ce troisième signe du zodiaque est un très bon communicant et parvient à se faire une place de choix dans la société grâce à son charme, son humour et son éloquence. Avec cette nature sociable, Jeff Koons parvient aujourd’hui à vendre ses œuvres des millions d’euros : il est l’artiste encore en vie le plus cher aux enchères. En 2008, il a vendu sa Balloon Flower (Magenta) pour plus de 16 millions d’euros chez Christie’s. Il s’est ensuite fait détrôner par les peintres Lucian Freud et David Hockney, mais il a fini par regagner son titre en 2019 grâce à un Rabbit parti pour plus de 91 millions de dollars.

Toutes les œuvres de Jeff Koons n’ont qu’un but : "traiter de choses avec lesquelles tout le monde peut créer un lien", affirme-t-il. Elles sont faites pour toucher un large public et faire parler d’elles, à l’instar des Gémeaux qui aiment papillonner, évoluer dans le monde social par leur maîtrise de la conversation, et faire parler d’eux. Reprenons l’exemple de l’œuvre-hommage aux victimes des attentats de Paris qui a fait un tollé à cause de ses obscurs financements et de son rendu final jugé laid.

Un signe mutable

Aux côtés des Sagittaires, des Vierges et des Poissons, les Gémeaux font partie des signes mutables ; ce sont ceux qui closent une saison par le chaos, l’instabilité mais aussi l’adaptabilité et l’ouverture. Ils sont changeants, lunatiques, ne savent pas choisir – et donc, ils choisissent tout. Avec les Gémeaux, ce n’est jamais noir ou blanc : c’est toujours gris. Ils sont en proie à une dualité qui en irrite plus d’un·e.

Jeff Koons qui pense être le roi du monde devant sa Seated Ballerina. (© Mike Coppola/Getty Images North America/Getty Images via AFP)

On peut également leur reprocher leur superficialité, à l’instar des travaux artistiques de Jeff Koons, qui n’ont jamais de grande symbolique ou de véritable profondeur. Sa première œuvre, The New, a été imaginée alors qu’il vendait des fonds de placements pour arrondir ses fins de mois.

Opportuniste, il a ainsi créé une installation assez simple, dans laquelle des appareils électroménagers sont accrochés à des néons. On ne sait pas trop ce que cela veut dire, à part : "J’ai la prétention de m’inscrire dans la lignée du ready-made de Duchamp." Et c’est ainsi qu’il fut repéré par le gratin new-yorkais. Notons que la plus grande qualité des Gémeaux est de pouvoir s’adapter à tout public. Grâce à son art kitsch, Jeff Koons a emporté l’adhésion des milliardaires nouveaux riches.

Un signe représenté par… les bras et le système nerveux

Chaque signe du zodiaque est représenté par une partie du corps humain. Pour les Gémeaux, il s’agit des mains, des bras, des épaules et du système nerveux. De par leur mobilité extrême, leur caractère survolté et leur propension à vouloir toujours faire quelque chose de leurs mains, les Gémeaux "s’attardent peu de temps sur un sujet" et passent du coq à l’âne, détaille le site Astrothème. Comme une girouette, les œuvres de Jeff Koons passent des chiens aux fleurs, des fleurs aux ballons, des ballons aux lapins, des lapins à… Michael Jackson. Rien n’est très cohérent ou linéaire.

Du coq à l’âne, à boire et à manger. (© Jared Siskin/Patrick McMullan via Getty Images)

Ses créations explorent différents media comme la photographie, la sculpture, l’installation, la peinture, le numérique mais aussi tous matériaux (le bois, l’inox, le verre ou encore le marbre). Paradoxalement, Koons ne conçoit aucune de ses œuvres lui-même : comme Maurizio Cattelan, il donne les idées et les fait exécuter par ses assistant·e·s.

Jeff Koons est un artiste plus que prolifique, qui a enchaîné les créations et événements artistiques, ainsi que les carrières – il a commencé en tant que courtier en matières premières à Wall Street pour autoproduire ses premiers travaux. Il est toujours occupé et on le voit partout – que ce soit son Puppy devant le Guggenheim de Bilbao, son Bouquet de tulipes à Paris, sa Balloon Flower (Red) en plein cœur de Manhattan ou sa monumentale Seated Ballerina au Rockefeller Center, à côté du MoMa de New York. Placées dans la rue, ses œuvres se voient toujours. On ne voit même qu’elles. Elles sont très concrètes, colossales et palpables, à l’image de ce signe qui aime être "tactile".

Un signe mondain et peu fiable

Le papillon est l’animal qui représente le mieux les Gémeaux et leur facilité à s’adapter et évoluer dans toutes les sphères de la société. Ce trait de caractère les rend mondains, peu fiables et volatiles. Et il suffit de taper "Jeff Koons" dans la barre de recherche de Getty Images pour comprendre à quel point l’artiste est plus célèbre que ses propres œuvres, à quel point il passe plus de temps sur les tapis rouges, aux photocalls, à serrer des mains, à sourire sur les photos, à s’entourer d’un milliard d’hommes riches en costard qu’à… créer.

Un tantinet détesté. (© Stephane Cardinale - Corbis/Corbis via Getty Images)

On le sait bien, Jeff Koons aime travailler en groupe, et par groupe, j’entends une salle de cinéma complète : dans son studio, il s’entoure de 90 à 120 assistant·e·s. Son caractère mondain lui a valu d’être exposé au Château de Versailles, comme un roi, mais aussi de se faire détester par un grand nombre de passionné·e·s d’art – comme nous.

Avec lui, on est loin de la posture de l’artiste solitaire et torturé dans son atelier. Si on devait le comparer à un·e autre artiste, ce serait sans détour à Andy Warhol qui, lui aussi, était proche du monde de la publicité, de la communication, aimait provoquer et se nourrissait des autres pour créer dans sa Factory.

Justement, Jeff Koons aime un peu trop se nourrir des autres pour ses "créations" ; l’artiste conceptuel a été condamné plusieurs fois pour plagiat. En 2017, Naked contrefaisait un cliché de Jean-François Bauret ; en 2015, le photographe Mitchel Gray l’attaquait pour le plagiat d’une de ses affiches publicitaires ; en 1993, c’était une copie du personnage d’Odie, de la BD Garfield, qui lui valait une condamnation pour son œuvre Wild Boy and Puppy ; et en 1992, sa sculpture String of Puppies reprenait une image du photographe Art Rodgers. Les Gémeaux sont des êtres infiniment décriés.

À voir aussi sur arts :