AccueilPhoto

Des portraits de survivants de la Shoah au cœur d’une exposition puissante

Publié le

par Nina Iseni

© Tom Hunter

Avec cette exposition, l’Imperial War Museum rappelle la nécessité du devoir de mémoire et de transmission.

Plus de 70 ans se sont écoulés depuis l’un des événements les plus sombres de l’histoire, au cours duquel plus de six millions de personnes, pour la plupart de confession juive, ont été tuées. L’Imperial War Museum à Londres a décidé d’honorer la mémoire de survivant·e·s de la Shoah dans une exposition à voir jusqu’au 9 janvier 2022.

L’exposition collective "Generations: Portraits of Holocaust Survivors" met à l’honneur ces rescapé·e·s, parfois accompagné·e·s de leurs proches, au travers d’une série photographique de plus de cinquante portraits. Au-delà du souhait de rendre hommage à ces survivant·e·s, cet événement met également un point d’honneur à la transmission intergénérationnelle.

Uri Winterstein porte l’étoile jaune que son père était forcé de mettre pendant la Seconde Guerre mondiale, à Bratislava, en Slovaquie. Il a découvert cette étoile après la mort de ses parents. (© Jillian Edelstein)

"Ces photographies capturent la relation spéciale qui existe entre les survivants [de la Shoah] et les jeunes générations […] En plus du devoir de mémoire et de partage, ces portraits sont une célébration des parcours importants de ces survivants et mettent également en lumière l’héritage particulier que leurs enfants et petits-enfants vont porter avec eux dans le futur", peut-on lire sur le site du musée.

Ce sont, en tout, douze photographes qui ont travaillé sur cette série à la fois émouvante et captivante. Sur certaines de ces photographies signées Carolyn Mendelsohn, Jillian Edelstein, Frederic Aranda ou encore Tom Hunter, des survivant·e·s posent à domicile, dans leur jardin, seul·e·s ou avec leurs enfants et petits-enfants.

D’autres photos sont des témoignages du passage du temps, avec, par exemple, cet enfant de survivant portant l’étoile jaune que son père avait été forcé d’arborer lors de la Seconde Guerre mondiale. Chaque portrait relate une histoire, une vie, un message. La volonté de cette exposition est d’honorer le devoir de mémoire.

Ben Helfgott, membre de l’ordre de l’Empire britannique, avec son petit-fils Sam. Ben est devenu champion d’haltérophilie à son arrivée au Royaume-Uni. (© Frederic Aranda)

Freddie Knoller, membre de l’ordre de l’Empire britannique, photographié pour son centième anniversaire avec sa femme Freida, ses filles Susie et Marcia, et son petit-fils Nadav. (© Frederic Aranda)

Steven Frank, 84 ans, avec ses petites-filles Maggie et Trixie. Steven a survécu à de multiples camps de concentration quand il était enfant. (© The Duchess of Cambridge)

Saul Erner, 86 ans, avec ses petites-filles. Saul est arrivé au Royaume-Uni avec sa mère et ses sœurs à l’âge de 5 ans, quand l’Allemagne a envahi la Belgique. Son père a été tué par la Gestapo. (© Sian Bonnell)

John Hajdu avec son ours en peluche "Teddy", qui l’a accompagné alors qu’il fuyait la Hongrie pour se réfugier au Royaume-Uni. (© Jillian Edelstein)

Rosl Schatzberger, 96 ans, avec sa fille Lesley. Rosl tient un portrait de sa belle-mère Ida Schatzberger (née Lewinter) qui a été tuée à Auschwitz. (© Carolyn Mendelsohn)

Siggi Ciffer a perdu ses parents et ses six frères et sœurs, tué·e·s lors de la Shoah. Il est arrivé au Royaume-Uni en 1946, avec dix livres sterling en poche, données par la Croix-Rouge. (© Tom Hunter)

L’exposition "Generations: Portraits of Holocaust Survivors" est à voir à l’Imperial War Museum (Londres), jusqu’au 9 janvier 2022.

À voir aussi sur arts :