AccueilStreet art

Pour la première fois, une œuvre physique de Banksy s’est vendue en cryptomonnaie

Publié le

par Julie Morvan

© Banksy

Et pas n’importe laquelle : l’emblématique "Love is in the Air" de Banksy.

Love is in the Air, Banksy, lot 104. A priori, une œuvre d’art comme les autres, mise aux enchères par Sotheby’s. Sur le site officiel, le prix est estimé entre 3 et 5 millions de dollars. Mais une petite mention supplémentaire attire l’œil : "Cryptomonnaie acceptée."

Le 12 mai 2021, la toile du célèbre street artiste est devenue la première œuvre d’art physique à être vendue en cryptomonnaie par une grande maison de ventes aux enchères. Jusqu’à présent, seul du crypto-art en NFT avait été vendu en cryptomonnaie par une maison d’enchères, et jamais une œuvre de Banksy n’avait été vendue de la sorte – à l’exception de la performance du Burnt Banksy.

Selon Design Taxi, la célèbre huile (et spray) sur toile a été acquise lors de la Contemporary Art Evening Auction pour l’équivalent de 12,9 millions de dollars… en cryptomonnaie. Sotheby’s proposait en effet d’enchérir en dollars, en Bitcoin ou en Ethereum lors de cet événement historique pour le monde des collectionneur·se·s d’art.

C’est donc la première fois qu’une œuvre d’art physique est échangée contre une monnaie virtuelle. Dès mai 2021, Sotheby’s avait annoncé pour l’occasion un partenariat avec Coinbase, l’une des plus grandes plateformes d’échange de cryptomonnaie.

Une véritable petite révolution agite le monde de l’art depuis le début de l’année ; outre la démocratisation de la cryptomonnaie, c’est le pan entier du crypto-art qui s’impose comme la nouvelle hype artistique. La vente des désormais incontournables NFT, ces fameux jetons non fongibles ou objets numériques authentifiés, s’est fait remarquer dès février 2021.

Ce mois-là, l’artiste britannique Damien Hirst avait déjà annoncé mettre en vente les huit impressions de sa série The Virtues et autoriser l’échange en Bitcoin ou en Ethereum. "Pour la première fois, j’accepte les paiements en cryptomonnaie", avait-il écrit sous un post Instagram.

Au même moment, la célèbre maison de vente aux enchères Christie’s présentait sa première œuvre numérique… et acceptait le règlement en cryptomonnaie. Un nouveau mode de fonctionnement de plus en plus adopté par les acteur·rice·s majeur·e·s de la vente d’art, visant à s’adapter à une nouvelle génération de collectionneur·se·s habitué·e·s aux modes de paiement numérique.

À voir aussi sur arts :